jeudi 28 mai 2015

mercredi 27 mai 2015

Ils sont fous ces dadaistes

Dada? es-tu là?

J'avais envie de vous faire un article d’historienne de l'art...

- "ho non...c'est chiant...on voulait du cul nous."

Et bien justement parlons-en, je m'interroge sur la censure, l'audace, la transgression...leurs places aujourd'hui par rapport à hier car quelques uns avant nous avaient largement ouvert la voie mais sont un peu tombé dans l'oublie; pourtant beaucoup de similitudes entre ce mouvement précurseur de l'art total qu'est le dadaïsme et notre environnement médiatique actuel. Je vais tenter de vous expliquer en quoi ce mouvement était d'une modernité déconcertante, donnant les codes visuels dans lesquels nous baignons sans même en connaitre l'origine.

Le mouvement Dada (1916- 1925), souvent appelé « dadaïsme » par erreur, puisque les artistes le composant refusaient ce terme, est un mouvement intellectuel, littéraire et artistique qui se caractérise par une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques. Dada connaît notamment une rapide diffusion internationale.

Dada met en avant un esprit mutin et caustique, un jeu avec les convenances et les conventions, son rejet de la raison et de la logique, et marque, avec son extravagance notoire et son art très engagé, sa dérision pour les traditions

Hugo Ball déguisé en phalus dans le cabaret Voltaire

Les artistes de Dada se voulaient irrespectueux, extravagants, affichant un mépris total envers les « vieilleries » du passé. Ils cherchaient à atteindre la plus grande liberté d'expression, en utilisant tout support possible. Ils avaient pour but de provoquer et d'amener le spectateur à réfléchir sur les fondements de la société. Ils cherchaient également une liberté du langage, qu'ils aimaient lyrique et hétéroclite.

Quand le langage SMS n'existait pas encore on appelait ça un allo-graphe 

Une œuvre dadaïste L.H.O.O.Q. Marcel Duchamp 1919.
L.H.O.O.Q. s'inscrit dans le courant des ready-made créés par l'artiste et participe de sa volonté de questionner l'art. Le côté dadaïste vient principalement de la désacralisation de La Joconde, insultée (elle a chaud au cul) et peinte, sans compter le côté humoristique propre aux dadaïstes du jeu de mots. En outre, suivant certaines thèses, le modèle de La Joconde aurait effectivement été un homme. On constate d’ailleurs une ambiguïté entre les genres masculin et féminin dans l'ensemble de l’œuvre de Léonard de Vinci. Marcel Duchamp lui-même change volontiers d'identité à cette époque, il choisit le pseudonyme de Rrose Sélavy et se fait photographier en femme par Man Ray.


Tristan Tzara : « Dada reste dans le cadre européen des faiblesses, c'est tout de même de la merde, mais nous voulons dorénavant chier en couleurs diverses, pour orner le jardin zoologique de l'art de tous les drapeaux des consulats do do bong hiho aho hiho aho. », (Premier manifeste Dada). 
« Dada ne signifie rien. Dada est un microbe vierge. »



Sophie Taeuber sur un billet suisse


En 1920, Tristan Tzara nomme des « présidentes dada », les plus anticonformistes possibles et à l'originalité débridée. Les « Dada's girls » dansent en solo avec ou sans masque, comme Sophie Taeuber.
Elles font tourner les têtes et suscitent l'enthousiasme, mais aussi les huées. Une "Dada dance" bien connue consiste à mettre ses bras en l'air et à sauter en même temps. Hugo Ball et sa compagne fondent le cabaret Voltaire à Zurich, dont elle devint l'âme en animant ses soirées, par la danse, le chant et la poésie. L'américaine Clara Tice, peintre caricaturiste et poète, horrifie la prude société américaine avec ses dessins de femmes nues accompagnées d'animaux, illustrant de manière érotique les Fables de La Fontaine. Ses œuvres seront confisquées par la police. Une autre américaine, Beatrice Wood réalise aussi des œuvres à forte connotation érotique. Valeska Gert crée ses « danses » lors de certaines soirées berlinoises qui ouvrent la voie à la libération du corps des femmes et au nudisme.


La modernité du mouvement dada dans son rapport avec les médias d'aujourd'hui. 

De par sa volonté d'unir différentes formes d'arts entre elles, la déstructuration du langage, le concept de Ready-Made, les montages photos, le mouvement dada est inscrit dans l'art et l'a influencé.

La Fontaine Marcel Duchamp 1917

 

Le nom dada à été trouvé dans le dictionnaire au hasard raconte la petite histoire:

 Tzara explique les circonstances de l'invention du nom : «  j'étais avec des amis, je cherchais dans un dictionnaire un mot approprié aux sonorités de toutes les langues, il faisait presque nuit lorsqu'une main verte déposa sa laideur sur la page du Larousse – en indiquant d'une manière précise Dada – mon choix fut fait. »


 Et "Radio gaga" de Queen?  Roger Taylor a écrit Radio Ga Ga comme une critique des stations de radio de l'époque, qui devenaient commerciales et ne diffusaient plus que les mêmes chansons encore et encore.  À l'origine, la chanson s'intitulait Radio Ca-Ca (des mots que fredonnait le fils de Taylor, âgé de 3 ans) et insistait plus sur la baisse de qualité des programmes radio et leur répétitivité ; le titre fut cependant changé pour Radio Ga Ga qui sonnait beaucoup mieux. En outre, le premier titre contenait un mot signifiant à peu de chose près la même chose qu'en français dans plusieurs langues européennes.

  Et le nom de la chanteuse Lady Gaga?  Le producteur de musique Rob Fusari qui l'aide, à cette époque, à écrire ses premières chansons, compare son style vocal à celui de Freddie Mercury Fusari donne le surnom de Gaga à Lady Gaga en rapport avec la chanson Radio Ga Ga . Elle commence à utiliser ce nom de scène et devient connue sous le nom de Lady Gaga.

Un rapport lointain, tiré par les cheveux? point commun tout de même : le mot qui sonne dans toute les langues, qui ne veux pas dire grand chose, (dada, caca, étant tout deux des mots d'enfants)  comme dirait I'Am "son style c'est merdico cubico débilo gribouillage abstrait"*

 Plus c'est enfantin, plus ça parle aux gens. C'est je crois ce que ces différents artistes ont voulu vérifier.

 Hors logique? pas si sur car c'est une technique de communication bien répandue que de s'adresser à l'enfant qui sommeil en nous...




Si vous visionner ce petit extrait du cabaret voltaire, soyez attentif à la mise en scène, on est en période de guerre, la télévision n'apparaitra que 40 ans plus tard. Notez quand même qu'il y a de quoi surprendre, c'est absurde, ça n'a pas vraiment de sens hormis le fait d’ôter les barrières qui limitent l’art à des codes établis. Se mettre à faire "n'importe quoi" comme pour témoigner de absurdité de l'époque traversée?

et si vous êtes intéressés par le sujet, voici un article d'une autre blogueuse qui s'est bien plus appliqué que moi : http://unefenetresurlemonde.over-blog.com/article-dadaisme-69224285.html

* pour la référence, le terme vient d'une chanson d' I Am que voici

vendredi 22 mai 2015

Musique actuelle : quel est votre regime musical?



Lourd ou léger?

Chacun son régime, chacun ses aliments, pour les yeux et les oreilles c'est pareil. 
Certains mangent épicés, d'autres évite le sel, je vous ai prépare un buffet musical, vous prendrez en fonction de votre appétit.

à déguster un soir de chagrin avec une bonne glace au chocolat

Kiesza "What is love" 2014 reprise d'une chanson de Haddaway de 1993.J'adorais déjà la chanson quand j'étais gamine alors quand j'ai vu cette femme la chanter accompagnée d'un simple piano, avec cette sensibilité qui redonne aux mots tout leur sens. Et le clip : épuré, sans fioriture, lisible. 

Mazor Lazer "Jet blue Jet" pour les rebelles provocantes qui ont envie de bouger les fesses ce soir? 
Laissez vous faire, écoutez le rythme...si c'est insupportable à vos oreilles qui n’apprécient pas les sons minimalistes, dites vous que cela ressemble à la monté de l'orgasme, ainsi vous pourrez entendre beaucoup plus de musique électro et comprendre en quoi le beat (poum-poum) est essentiel pour comprendre la montée du plaisir par la sensation auditive. Autrement, il y a le clip : filles tatouées smokant sans vergogne. Vulgaire? oui et alors?
 
Pour bouger son "boule" toujours, la musique de mon adolescence, l'indétronable Chaka

La musique vous horripile?
J'ai pensé à tout, pas de panique. Voilà une bonne tranche de rigolade, ça se laisse manger sans faim...
 

On continue dans la légèreté? Enfin, il faut dire qu'elle envoie du lourd Kylie Minogue avec "All the lovers" en 2010. Elle ose tout, c'est qu'avec son aura (à moins que ce soit encore un nouveau Axe) elle sait comment rameuter les foules, même le cheval réclame sa part, les éléphant volent dans le ciel...dommage pour eux.
 Katy Perry "I kissed a girl" 2008
Du moins elle en rêve, le tube qui l'a fait sortir du placard.
2002 Tatu "All the things she said" deux jeunes filles russes font sensations en abordant l'homosexualité et dénonce l’intolérance. Et oui, il y en a encore qui doivent se battre pour pouvoir s'aimer.

mardi 19 mai 2015

musique d'hier, play list seventies

1961 Etta James "i just wanna make love to you"



1965 Rolling Stones"Satisfaction"
1971 James Brown "Sex-Machine"

1975 Donna Summer "Love to love you Baby"

1977 Donna Summer "I feel love"
 1 Jimmy Bo Horne "Spank" 1979

 
 Frankies goes to Hollywood 
"Relax" 1983



nouvelle séance photo









un grand MERCI à "Pat le photographe"


jeudi 14 mai 2015

un peu de musique? "Provocantes d'hier et d'aujourd'hui"

"French Touch Provocation" d'hier et d'aujourd'hui

Georges Brassens Margot 1953
   

Juliette Greco "Deshabillez-moi" 1967
 
j'ai choisi le clip avec le port-folio sexy plutôt que le play-back en noir et blanc, 
je sais pas pourquoi d’ailleurs car je préfère cette chanson chantée par Mylène en 1989.
 
 Barbara chante en 1969 "Moi je me balance". Quand elle en parle, elle n'a pas l'air de s'amuser follement mais si on écoute bien je crois qu'elle parle de sa manière de trouver la liberté dans un monde d'hommes:"Mon lit est asses grand pour des milliers d'amants...chacun sera servi mais c'est moi qui choisi

Michel Polnareff  LNAHO 1990

 
Marcel Duchamp 1919
voir l'article sur le mouvement artistique dadaïste.
    
 Alizée "J'en ai marre" 2003
   

Maria Carmen Viega "la menteuse"2012
 et "On s'en fou" cette chanson ne parle pas de sexe mais elle est tellement jouissive-ment drôle
  
Yelle "Ophélie est zoophile" 2010, trouvé sur le site d'Eve de Candaulie avec plein d'autres choses plus torrides et libérées les unes que les autres
 
Christine and the Queen "Loving cup"2014
J'adore cette chanteuse, tout son album, certaines plus que d'autres.

lundi 4 mai 2015

Ma prémiere seance de "modèle" avec un vrai photographe


C'était prévu depuis des semaines, la date s'est approchée sans dire un mot. Impatients, nous l'étions tous et un dimanche de mai, je monte dans un train pour Melun à la rencontre d'un passionné de photographie, généreux de son talent : Pat le photographe. Celui qui va me prendre en photo, pour une séance de nu artistique. J'arrive drapée de mon enthousiasme et lui m’accueille d'un air enjoué et me tend son sourire. En arrivant, il me présente son studio, son book, son matériel, du maquillage et des tenues à profusion...

Après le déjeuner, l'ambiance est détendue, la musique électro me donne  la pèche et envie de m'amuser. Petite séance maquillage...Je ne résiste plus à l'envie d'essayer ce corset noir, c'est la première fois que j'en met un vrai, avec des baleines en métal qui vous serrent les côtes lorsqu'on ajuste le laçage. Pat le photographe est aussi costumier à ses heures.









Enfin vient le moment de se mettre à nu, sans fausse pudeur, ni naturel. Je m'aventure en terre inconnue, dévoilée et offerte au regard avec le secret espoir de me trouver belle en image.


 .






 Ma rencontre avec Brenda,
ma complice est une doyenne de la mode
Elle me prête son corps et m'y laisse faire toutes les audaces...




































vendredi 1 mai 2015

Petite bourgoise, écrit par Donatien







Je vais vous raconter une aventure qui m’est arrivé il y a… 25 ans et oui ! Caroline est une jeune femme de 25 ans, petite, a peine un mètre cinquante, blonde, cheveux raide, yeux bleus, de petits seins et ma fois pas mal du tout. Plutôt BCBG, toujours très bien habillée, assez strict, mais cela lui allez très bien. On s’est rencontré sur Paris ou je me rendais régulièrement à cette époque. Très vite je me suis rendu compte que je ne lui était pas indifférent, mais qu’elle n’était pas des plus faciles à faire tomber. Au bout de quelques rencontres on est aller passer une soirée dans ma chambre d’hôtel.

Agréable, mais je l’ai senti, tendu, et avec le recul insatisfaite. Je ne savais pas ce qui lui manquait ! Une deuxième rencontre quelques semaines plus tard et elle m’a dirigé adroitement sur les jeux de dominations et soumission de sa part ! Je n’avais à l’époque aucune expérience sur ce thème. Pour la troisième rencontre, elle m’a envoyé par courrier un scénario ! J’ai été surpris, mais très émoustillé.

Je la rencontre chez elle, je joue un représentant et je dois l’obliger à me laisser entrer et en suis-je dois….
J’arrive à la convaincre par des arguments fallacieux de me laisser entrer. Une fois chez elle je me mets à lui faire des allusions de plus en plus directs sur ses formes, et sur (ce qu’elle ma demandait de lui dire) son air de petite salope de bourgeoise. A ces mots elle m’ordonne de sortir. Je la prends par les poignets et je l’amène contre moi et elle se débat réellement !

N’ayant pas envie de lui faire mal, je suis quand même d’un autre gabarit que le sien j’arrive à l’immobiliser a peu prés et à ce moment je vois la corbeille pleine de foulards dont elle a parlé sur son courrier. Je l’amène vers la corbeille et j’arrive à lui attacher les poignets. Je la pousse contre la rambarde de l’escalier qui monte à un étage supérieure et je lui attache les poignets au dessus de la tête. Elle porte un chemisier blanc, et une jupe plissée, des bas et des escarpins noir. Je passe ma main sur ses petits seins et je les lui masse fermement.

Elle me couvre d’injures sans crier pour ne pas alerter les voisins! Je glisse mes mains sous son chemisier et sous son soutien gorge, j’en extrait les seins et je les malaxe et pince les tétons. Je fait sauter les boutons du vêtement en tirant violemment dessus, le tissu cède et je fini de déchiré le fin coton. Je prends mon couteau de poche et je découpe le soutien gorge entre ses seins, qui se trouvent libéré et tendu, tétons dressés. Je les prends entre mes pouces et index et je les vrille fortement. Elle arrête de m’injurier et sa tête se penche en arrière, elle se hisse sur la point des pieds, son ventre s’avance comme pour me demander de m’occuper de lui. Je lâche ses mamelons et je descends mes deux mains sur ses hanches et je passe dessous sa jupe, je la relève et d’un coup sec je l’arrache dans un bruit de tissu déchiré !

La voilà en porte jarretelle petite culotte et bas ! Très jolie, je me recule pour l'admirer et elle recommence à m’injurier. Je m’avance vers elle et je lui prends le bas du visage dans ma main droite et je lui dis que je ne supporte plus ses insultes. Je lui donne de mon autre main un bonne tape sur les fesses. Elle ne dit plus rien. Je reprends mon couteau et je fais passer la lame sur sa cuisse et je remonte pour passer sous sa culotte rouge, et je tir le tranchant à moi et le tissu cède, je passe la lame de l’autre coté et je recommence, la culotte tombe au sol.
Elle est blonde je vous l’ai dit, mais sa toison et sombre. Je pose ma main sur ce coin de paradis et elle se cambre. Je cherche le passage entre ses lèvres et je découvre un maraichage exubérant ! Rien a voir avec nos deux premières rencontres ou l’humidité n’était que très légère. Je glisse un doigt en elle et tout de suite elle pousse un feulement de plaisir. Je commence à la caresser fermement je dirai même presque violemment et je sent cette fois ci que c’est comme cela qu’elle aime être ouvragée ! Mon autre main passe d’un téton à l’autre et les tire, les pince, les écrase, Je n’ai aucun gloriole à avoir, je la fais jouir très rapidement, mais ce n’est pas moi, c’est la situation qui l’excite ! Mais c’est tout de même très agréable.

La main dégoulinante de son plaisir je la sort et je lui fait lécher sa mouille (ce n’étais pas dans le scénario) et elle hésite et puis se lâche. Je la retourne et j’ai sous les yeux un des plus jolies petits culs qui m’a été offert de voir, rond ferme superbe ! Et dans le scénario elle m’a dit qu’elle voulais que je la « prenne par la petite porte, quoi qu’elle dise et même si elle refuse fermement »

Les fois d’avant je n’avais même pas envisagé de la sodomiser. Je dois dire que son cul est fait pour cela! Je passe ma main entre ses cuisses et je mouille mon index et je le présente à son anus. Je fais tournoyer mon doigt et elle me dis qu’elle ne veut surtout pas de ça ! Je m’approche d’elle et dans l’oreille je lui dis « je vais t’enculer petite salope de Bourgeoise et tu en redemanderas ! »

Je glisse un doigt en elle, les insultes pleuvent, je glisse deux doigts, elle pleurniche et me supplie, je glisse un troisième doigt, elle pleure. Je repense à son scénario et je me dis bon et bien faisons ce qu’elle me demande. Et je l’encule, son petit cul est, je le répète fais pour se faire défoncer, passage facile, mais bien serrant quand on est dedans et je peux entrer en entier sans problème et la douceur de ses fesses sur mes cuisses et mon ventre et un délice.

Je pose mes mains sur ses hanches et je la fait aller et venir sur toute la longueur de mon sexe et bien sur je me vide en elle dans un grand râle de plaisir. Je reconnais qu’a ce moment je n’ai pas trop pensé à son plaisir. Mais quand je me suis aperçu qu’elle avait les jambes trempées de son miel, je me suis senti un peu moins égoïste !

On reprends notre souffle et elle m’annonce sans aucune gène «  tu devrais partir mon mari rentre bientôt ! » Je ne savais pas qu’elle était marié !

Nos quelques rapport suivant furent de la même nature avec des variantes dans le scénario.
C’était donc ma première dans ces jeux de D/S. Depuis j’ai eu le plaisir de rencontrer quelques fois d’autres filles aimant ces rapports, et avec un connotation psychologique des plus agréable dans la préparation