mercredi 10 février 2016

jeudi 4 février 2016

Camille Claudel et Auguste Rodin : Une dangeureuse passion

 Lorsque Camille Claudel intègre l'atelier de Rodin, elle est de 20 ans sa cadette, mais les premières œuvres qu'elle lui montre lui font fort impression. Très vite, la connivence puis la complicité artistique s'installent, elle participe à plusieurs sculptures des œuvres de Rodin. ; devant le génie de Camille, l'originalité de son talent et sa farouche volonté, Rodin ne résiste pas longtemps ; tel qu'il le dit lui-même : « Mademoiselle Claudel est devenue mon praticien le plus extraordinaire, je la consulte en toute chose. » Et à ceux qui la critiquent, Rodin répondra : « Je lui ai montré où trouver de l'or, mais l'or qu'elle trouve est bien à elle. »

Camille Claudel âgée de 20 ans
Camille Claudel et Jessie Lipscomb dans leur atelier

Camille exerce une certaine influence sur son maître et elle modèlera L'Éternelle idole, Le Baiser (ils y travaillèrent à deux), ainsi que la monumentale Porte de l'Enfer. Suivront également des œuvres comme La Danaïde ou Fugit Amor. Rodin, « fasciné » par le visage de Camille, en réalise plusieurs portraits, comme Camille aux cheveux courts, Camille au bonnet ou Masque de Camille Claudel.



image du film de 1988 Avec Adjani et Depardieu
la joueuse de flute




Ils vivent leur passion amoureuse durant une dizaine d'années, mais Rodin, à leur rencontre, vit depuis plus de deux décennies avec sa compagne, son anciene modèle Rose Beuret qu'il a rencontrée en 1864 année de naissance de Camille, qu'il ne voudra jamais quitter et qu'il épousera à 76 ans quelques mois avant sa mort, en 1917 — ce qui entraîne de violents épisodes de jalousie chez Camille. De son coté le talent qui créait autrefois de l'admiration à l'égard de son élève se transforme peu à peu en sentiment ambivalents de frustration et d'inquiétude d'être en compétition

Camille Claudel glisse de l'expressivité passionnée et exclusive du corps nu, propre à ce dernier, à une science des attitudes plus originale et maîtrisée qui relève de son génie propre. L'artiste ne s'arrête pas là, elle explore une nouvelle voie, profondément originale. Des œuvres nombreuses et remarquables naissent alors sous ses doigts. C'est l'invention d'une statuaire de l'intimité qu'elle seule a pu atteindre. La voie amorcée par Camille Claudel vise à saisir sur le vif le vécu d'un geste simple, dans l'intensité de l'instant. Elle s'attarde au moment qui s'échappe et tente d'en faire sentir toute la densité tragique.


L'éternelle idole- Rodin 1889
La Métamorphose d'Ovide















Rodin se détache peu à peu de Camille et celle-ci est déchirée entre ses envies d'engagement avec Rodin, et sa soif d'indépendance artistique. Le couple se sépare, Rodin décide de rester auprès de Rose Beuret, après une décennie de passion avec Camille. Il tente toutefois de poursuivre à recommander les œuvres de Camille, sans grand succès, les comparaisons entre les deux artistes continuent de faire de l'ombre à son ancienne élève. Un avortement clandestin de Camille en 1892 — année de leur rupture — est évoqué par Paul Claudel dans une lettre et contribue à la précipiter dans la folie.

La porte de l'enfer Rodin







Elle vit et travaille alors dans son nouvel atelier, jusqu'à son internement en 1913.. Elle travaille seule, et connaît des soucis financiers. Elle rencontre un marchand d'art, qui devient rapidement son agent. Entre 1905 à 1908, il fait produire des tirages de ses sculptures, organise des expositions de ses œuvres et tente d'obtenir des aides de l'État.

Camille continue de produire, mais ne reçoit pas de commande, malgré le soutien de son admirateur enthousiaste Octave Mirbeau, qui proclame, à trois reprises,son génie dans la grande presse.
« En effet, Camille défie la morale sexiste du monde de l'art de l'époque en sculptant des nus avec la même liberté que les hommes. Par ailleurs, elle professe des idées antirépublicaines. »
Elle reçoit enfin une commande de l’État, lorsqu'elle sculpte le nu d'une femme seule et mourante.
À partir de 1905, Camille connaît de profonds troubles, des obsessions et des idées paranoïaques. Elle a beaucoup moins d'inspiration, elle s'échine à sculpter et à polir le marbre d'œuvres qui sont plutôt des variations de ses anciennes sculptures et ne reçoit plus personne dans son logement où elle vit « recluse ».


Bibliographie de Camille Claudel. Source Wikipédia
http://www.lemondedesarts.com/DossierClaudel.htm