lundi 15 mai 2017

Vacced-Bed : le test


Un petit test. Cela faisait longtemps, mais quelle innovation va pouvoir éveiller ma curiosité?
Moi qui ne suis ni maso, ni soumise, ni domina, ni sadique mais juste joueuse et encore, ça dépend comment, je ne vais pas vous dire que j'ai accepté d'entrée de jeu quand Adam m'en a parlé. J'ai dit simplement pourquoi pas. Pourtant c'est finalement moi qui le relance et lui demande s'il a trouvé des modèles, il y en aura sûrement mais il semblerait que je sois la première volontaire, alors nous prenons rendez vous pour nous lancer dans l'exploration sensorielle et totalement inédite.


Un vacuum-bed, vous savez ce que c'est? moi non plus je n'avais jamais entendu parler de ce truc jusqu'à ce que Adam - cet Adam il faudrait l'inventer s'il n'existait pas - il ne se contente pas d'avoir un site sexy instructif drôle ( NXPL ), non il est investi d'une mission, la plus noble qu'il soit je l'admet, celle de proposer aux autres blogueurs des expériences, des tests de jouets notamment grâce auxquels j'ai eu moi même le plaisir de servir de cobaye. La dernière aventure en date c'est, vous l'aurez deviné, tester un vacuum-bed. Sans vous donner de descriptif explicatif de la chose (Adam saura bien mieux que moi donner toutes ces précisions néanmoins très importantes) je vais vous raconter plutôt comment je l'ai vécu.


Nous avions rendez vous dans le studio d'Olivier Parent le photographe. Chez lui c'est toujours un peu l'auberge espagnole de la photo, on croise des modèles des photographes, on mange, on boit, on rit  mais surtout on shoot. Tout d'abord installer le "machin" : monter le cadre en tuyau, enfiler dessus la housse en latex (comptez dix bonnes minutes à deux paires de bras d'hommes), brancher l'aspirateur sur l’embout et voilà le vide d'air qui se fait... ça marche, il ne reste plus qu'à se faufiler dedans. Le contact du latex est assez bizarre, comment dire? c'est agréable à toucher, c'est lisse et un peu gras (on l’enduit de lotion pour qu'il reste brillant et souple). Il est plus approprié de le sentir à même la peau donc n'y allez pas en pyjama, nu c'est encore l’idéal pour un maximum de sensations. Donc je me glisse dans le plastique froid presque liquide, la chaleur de ma peau passe instantanément au travers. Je place le tube qui sert à respirer dans mon orifice... buccal (par où voudriez vous que je respire?) et après avoir rendu étanche l'ouverture par laquelle je suis passée en la repliant sous le cadre, l'aspiration commence... Tout l'air s’échappe et la toile de plastique se tend sur moi, me moule et me comprime jusqu'à m'immobiliser complètement. Petit instant de panique quand le bruit du latex se collant à mes oreilles fait pression, je geins dans le tube pour dire stop et Adam ouvre aussitôt laissant passer air et lumière. C'est tellement nouveau que je prend 5 minutes pour retrouver mes esprits et après avoir vu une autre volontaire y aller, je me sens mieux et j'ai envie d'y retourner. Cette fois-ci, comme je sais que mon visage sera comprimé, je reste zen et respire tranquillement, tout va bien... j’entends les sons étouffés, le contact sur ma peau est partout et permanent, je suis privée de parole et de mouvement mais j'essaye d'onduler un peu le bassin pour inviter une main à se poser sur moi, c'est à la fois horriblement tentant, frustrant, excitant assez pour mouiller et commencer à glisser mais pas assez pour jouir... à moins d’être forcée avec un wand, n'est-ce pas Adam?

C'était l’expérience la plus incroyablement sensationnelle à ce jour que de vivre cet enfermement, cette privation sensorielle presque totale.

Pour voir les courtes vidéos c'est par ici : https://www.youtube.com/watch?v=NACl7P3_JRk
https://www.youtube.com/watch?v=C_gwUww5HAI

merci à  http://eurocatsuits.com